Fréquence (Hz) :
-
Note :
-
Déviation :
-

Cette page permet de trouver une configuration préétablie à partir d'un ensemble de notes souhaitées. Renseignez les notes pour le bourdon, les différentes survibrations et confirmez pour obtenir les différentes configurations disponibles. Vous ne devez pas nécessairement compléter toutes les notes. Vous pouvez, par exemple, sélectionner uniquement le bourdon pour avoir une recherche plus large sur les différentes notes possibles pour les survibrations. Des options pour maximiser les impédances des survibrations et les harmoniques basses et aigües sont également disponibles à partir des modèles quadruples.

À chaque fois que vous sélectionnez une note, cela modifie les notes disponibles pour les autres survibrations. Vous pouvez remettre les notes et options à zéro avec le bouton Reset.

La notation anglo-saxonne est utilisée pour représenter les notes, ci-dessous la table de conversion :

Anglo-saxonne : C C# D D# E F F# G G# A A# B
Française : Do Do# Mib Mi Fa Fa# Sol Sol# La Sib Si

Un nombre est indiqué après chaque note dans la sélection ci-dessous et représente l'octave de la note. Plus l'octave est élevée, plus la note sera aigüe. Le passage d'octave se fait entre les notes B et C (Si et Do). Nous utilisons un système avec un La accordé à 440 Hz à la 3ème octave.

Les intervalles particuliers tels que la tierce, quinte,... sont disponibles dans les choix de notes pour les survibrations et sont exprimés sous forme de fractions (0,5 ton est l'écart entre deux notes consécutives):

Ton majeur Tierce mineure Tierce majeure Quarte Quinte Sixte mineure Sixte majeure Septième mineure Septième majeure Octave
1 ton 1,5 tons 2 tons 2,5 tons 3,5 tons 4 tons 4,5 tons 5 tons 5,5 tons 6 tons
9/8 6/5 5/4 4/3 3/2 8/5 5/3 9/5 15/8 2

Compte tenu du nombre de configurations possibles de nos didgs (déjà une petite cinquantaine sur les modèles Triples... passant à plus de 2 ou 300 sur les Quadruples... avec une croissance exponentielle chaque fois que vous rajoutez un tube...) toutes les configurations ne peuvent être obtenues. Les configurations des sextuples et septuple seront disponible prochainement.
Et c'est finalement très bien comme ça ! À vous le plaisir de les rechercher vous-même, soit directement sur votre instrument, soit en utilisant la page Configurer de notre outil !

Un forum d'échange et de discussions pour les utilisateurs est disponible sur le forum de .
Renseignez votre modèle de didgeridoo, les notes et les options souhaitées ci-dessous avant de confirmer pour obtenir les configurations disponibles.
Pour les modèles sextuples et septuple, nous avons dû limiter la recherche des configurations vu le nombre de possibilités. Les configurations ont été limitées à celles ayant un bourdon entre les notes F#1 et F2. N'hésitez pas à chercher d'autres configurations sur la page configurer.
Didgeridoo :
Bourdon : 1ère survibration : 2ème survibration : 3ème survibration :
Maximiser l'impédance
Maximisation d'impédance

Vous pouvez maximiser l'impédance de la <%= nb %> survibration pour la jouer plus facilement en cochant la case ci-contre. Si vous choisissez de maximiser l'impédance de plusieurs survibrations, les configurations ayant la meilleure moyenne sur les impédances sélectionnées seront recherchées.

Si une note est sélectionnée pour la <%= nb %> survibration, elle risque d'être légèrement moins juste si vous maximisez aussi son impédance.

Vous ne devez pas nécessairement choisir une note. Les configurations ayant la meilleure impédance parmi toutes les notes possibles seront alors recherchées.

Maximiser l'impédance
Maximisation d'impédance

Vous pouvez maximiser l'impédance de la <%= nb %> survibration pour la jouer plus facilement en cochant la case ci-contre. Si vous choisissez de maximiser l'impédance de plusieurs survibrations, les configurations ayant la meilleure moyenne sur les impédances sélectionnées seront recherchées.

Si une note est sélectionnée pour la <%= nb %> survibration, elle risque d'être légèrement moins juste si vous maximisez aussi son impédance.

Vous ne devez pas nécessairement choisir une note. Les configurations ayant la meilleure impédance parmi toutes les notes possibles seront alors recherchées.

Maximiser l'impédance
Maximisation d'impédance

Vous pouvez maximiser l'impédance de la <%= nb %> survibration pour la jouer plus facilement en cochant la case ci-contre. Si vous choisissez de maximiser l'impédance de plusieurs survibrations, les configurations ayant la meilleure moyenne sur les impédances sélectionnées seront recherchées.

Si une note est sélectionnée pour la <%= nb %> survibration, elle risque d'être légèrement moins juste si vous maximisez aussi son impédance.

Vous ne devez pas nécessairement choisir une note. Les configurations ayant la meilleure impédance parmi toutes les notes possibles seront alors recherchées.

Type de jeu
Type de jeu

Les configurations où les tuyaux les plus larges sont déployés offrent un jeu rond. Si les tuyaux fins sont déployé, le jeu sera plus sec, favorisant les attaques. Vous pouvez choisir de rechercher les configurations qui favorisent l'un ou l'autre type de jeu en faisant votre choix dans le champ ci-contre. Une pré-sélection sera alors faites sur les configurations disponibles en fonction de la taille des tuyaux avant de rechercher celles qui sont le mieux accordées ou ont la meilleure impédance en fonction de vos autres choix.

Cette fonctionnalité est surtout utile lorsque vous n'accordez que le bourdon sur le quadruple et le bourdon et la première survibration sur les modèles supérieurs.

Configuration (taille en mm de chaque tube) :
Fréquence Note
Notes

La notation anglo-saxonne est utilisée pour représenter les notes. Vous avez la table de conversion ci-dessous :

Anglo-saxonne : C C# D D# E F F# G G# A A# B
Française : Do Do# Mib Mi Fa Fa# Sol Sol# La Sib Si

Le nombre indiqué après la note représente l'octave de la note. Le passage d'octave se fait entre les notes B et C (Si et Do). Plus l'octave est élevée, plus la note est aigüe. Nous utilisons un système avec un La accordé à 440 Hz à la 3ème octave.

Déviation
Déviation

La déviation représente l'écart de votre fréquence par rapport à la note annoncée.

Une déviation positive indique que vous êtes plus aigu que la note annoncée, une déviation négative que vous êtes plus grave.

Si la déviation vaut 0%, vous êtes parfaitement accordé. Une déviation de 50% indique que vous êtes pile entre deux notes. Par exemple, C1 avec +50% de déviation indique que vous êtes entre C1 et C#1.

Jusqu’à maximum 10 % de déviation sur le bourdon, mais jusqu’à 20 % sur les survibrations, tenant compte des fluctuations naturelles de hauteur d’un didg, vous pouvez considérer que vous êtes parfaitement accordés.

Impédance
Impédance

L'impédance d'une fréquence représente la facilité avec laquelle cette fréquence peut être jouée. Plus elle est élevée, plus la fréquence est facile à jouer. Le bourdon a toujours une impédance élevée et est la fréquence la plus facile à stabiliser. L'impédance est surtout utile pour trouver des configurations où les survibrations sont faciles à jouer. Vous pouvez considérer qu'une note est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

En jouant une note, il est toujours possible de faire légèrement varier sa hauteur. Par exemple en tendant/détendant les lèvres, en modifiant la pression du souffle ou en abaissant la mâchoire. Vous pouvez parfois monter d’un demi-ton, et descendre beaucoup plus, jusqu’à 4, 5 ou 6 demis-tons, voire plus selon votre technique. Pour trouver les configurations qui facilitent ce jeu, observez la courbe d'impédance et les explications fournies.

Pour plus d'informations sur ce que représente l'impédance en acoustique, nous vous invitons à consulter la page Wikipédia et le site didgeridoo-physik pour une application au didgeridoo.

Bourdon
1ère survibration
2ème survibration
3ème survibration
Écarts entre survibrations
Écart entre survibrations

La graduation ci-dessous représente les notes du bourdon et des différentes survibrations ainsi que les intervalles entre ces notes.

De manière générale, l'intervalle entre deux notes consécutives correspond à 1/2 ton (de C a C# par exemple). L'intervalle entre deux notes identiques séparées par une octave (par exemple C2 et C3) est de 6 tons.

Quelques intervalles notables de la gamme chromatique (arrondi pour les puristes !):

  • le ton majeur: 1 ton
  • la tierce mineure: 1,5 tons
  • la tierce majeure: 2 tons
  • la quarte: 2,5 tons
  • la quinte: 3,5 tons
  • la sixte mineure: 4 tons
  • la sixte majeure: 4,5 tons
  • la septième mineure: 5 tons
  • la septième majeure: 5,5 tons
  • l'octave: 6 tons

Les fréquences précises du bourdon et des survibrations sont indiquées sous la barre de graduation où vous pouvez observer les déviations.

Courbe d'impédance
Courbe d'impédance

Comme décrit dans la colonne de l'impédance ci-dessous, l'impédance d'une fréquence correspond à la facilité avec laquelle une fréquence peut être jouée. On peut considérer qu'une fréquence est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

Les fréquences que vous pourrez jouer sur une configuration correspondent donc aux fréquences qui ont l'impédance la plus élevée. Cela correspond aux pics sur la courbe d'impédance, le premier pic étant sur la fréquence du bourdon. Vous pouvez lire les fréquences sur l'axe horizontal et l'impédance correspondante sur l'axe vertical.

Plus la base d'un pic est large, plus il sera facile de faire monter ou descendre une note en tendant les lèvres ou en abaissant la mâchoire.

Passez la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point. Vous pouvez obtenir les notes des survibrations au-delà de la 3ème en regardant les fréquences des différents pics.

Courbe d'harmoniques
Courbe d'harmoniques

La courbe d'harmoniques donne une représentation du spectre sonore obtenu en jouant un simple bourdon. Le spectre sonore est la décomposition du son en différentes fréquences afin de distinguer les fréquences dominantes.

Les fréquences peuvent être lues sur l'axe horizontal et le volume correspondant sur l'axe vertical. Vous voyez que le premier pic se trouve a la fréquence du bourdon mais qu'il y a énormément d'autres fréquences qui émettent un volume élévé, et ce, en jouant un simple bourdon ! Ces fréquences qui viennent s'ajouter à votre bourdon résultent de la forme de l'instrument que vous jouez, ce phénomène est présent pour tous les instruments de musique acoustique. Le son de votre instrument sera influencé par la manière dont les différentes fréquences produitent se marient. Rassurez-vous si vous avez des difficultés à interprêter cette courbe, cela demande de l'expérience en acoustique !

Vous pouvez passer la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point.

Configuration (taille en mm de chaque tube) :
Fréquence Note
Notes

La notation anglo-saxonne est utilisée pour représenter les notes. Vous avez la table de conversion ci-dessous :

Anglo-saxonne : C C# D D# E F F# G G# A A# B
Française : Do Do# Mib Mi Fa Fa# Sol Sol# La Sib Si

Le nombre indiqué après la note représente l'octave de la note. Le passage d'octave se fait entre les notes B et C (Si et Do). Plus l'octave est élevée, plus la note est aigüe. Nous utilisons un système avec un La accordé à 440 Hz à la 3ème octave.

Déviation
Déviation

La déviation représente l'écart de votre fréquence par rapport à la note annoncée.

Une déviation positive indique que vous êtes plus aigu que la note annoncée, une déviation négative que vous êtes plus grave.

Si la déviation vaut 0%, vous êtes parfaitement accordé. Une déviation de 50% indique que vous êtes pile entre deux notes. Par exemple, C1 avec +50% de déviation indique que vous êtes entre C1 et C#1.

Jusqu’à maximum 10 % de déviation sur le bourdon, mais jusqu’à 20 % sur les survibrations, tenant compte des fluctuations naturelles de hauteur d’un didg, vous pouvez considérer que vous êtes parfaitement accordés.

Impédance
Impédance

L'impédance d'une fréquence représente la facilité avec laquelle cette fréquence peut être jouée. Plus elle est élevée, plus la fréquence est facile à jouer. Le bourdon a toujours une impédance élevée et est la fréquence la plus facile à stabiliser. L'impédance est surtout utile pour trouver des configurations où les survibrations sont faciles à jouer. Vous pouvez considérer qu'une note est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

En jouant une note, il est toujours possible de faire légèrement varier sa hauteur. Par exemple en tendant/détendant les lèvres, en modifiant la pression du souffle ou en abaissant la mâchoire. Vous pouvez parfois monter d’un demi-ton, et descendre beaucoup plus, jusqu’à 4, 5 ou 6 demis-tons, voire plus selon votre technique. Pour trouver les configurations qui facilitent ce jeu, observez la courbe d'impédance et les explications fournies.

Pour plus d'informations sur ce que représente l'impédance en acoustique, nous vous invitons à consulter la page Wikipédia et le site didgeridoo-physik pour une application au didgeridoo.

Bourdon
1ère survibration
2ème survibration
3ème survibration
Écarts entre survibrations
Écart entre survibrations

La graduation ci-dessous représente les notes du bourdon et des différentes survibrations ainsi que les intervalles entre ces notes.

De manière générale, l'intervalle entre deux notes consécutives correspond à 1/2 ton (de C a C# par exemple). L'intervalle entre deux notes identiques séparées par une octave (par exemple C2 et C3) est de 6 tons.

Quelques intervalles notables de la gamme chromatique (arrondi pour les puristes !):

  • le ton majeur: 1 ton
  • la tierce mineure: 1,5 tons
  • la tierce majeure: 2 tons
  • la quarte: 2,5 tons
  • la quinte: 3,5 tons
  • la sixte mineure: 4 tons
  • la sixte majeure: 4,5 tons
  • la septième mineure: 5 tons
  • la septième majeure: 5,5 tons
  • l'octave: 6 tons

Les fréquences précises du bourdon et des survibrations sont indiquées sous la barre de graduation où vous pouvez observer les déviations.

Courbe d'impédance
Courbe d'impédance

Comme décrit dans la colonne de l'impédance ci-dessous, l'impédance d'une fréquence correspond à la facilité avec laquelle une fréquence peut être jouée. On peut considérer qu'une fréquence est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

Les fréquences que vous pourrez jouer sur une configuration correspondent donc aux fréquences qui ont l'impédance la plus élevée. Cela correspond aux pics sur la courbe d'impédance, le premier pic étant sur la fréquence du bourdon. Vous pouvez lire les fréquences sur l'axe horizontal et l'impédance correspondante sur l'axe vertical.

Plus la base d'un pic est large, plus il sera facile de faire monter ou descendre une note en tendant les lèvres ou en abaissant la mâchoire.

Passez la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point. Vous pouvez obtenir les notes des survibrations au-delà de la 3ème en regardant les fréquences des différents pics.

Courbe d'harmoniques
Courbe d'harmoniques

La courbe d'harmoniques donne une représentation du spectre sonore obtenu en jouant un simple bourdon. Le spectre sonore est la décomposition du son en différentes fréquences afin de distinguer les fréquences dominantes.

Les fréquences peuvent être lues sur l'axe horizontal et le volume correspondant sur l'axe vertical. Vous voyez que le premier pic se trouve a la fréquence du bourdon mais qu'il y a énormément d'autres fréquences qui émettent un volume élévé, et ce, en jouant un simple bourdon ! Ces fréquences qui viennent s'ajouter à votre bourdon résultent de la forme de l'instrument que vous jouez, ce phénomène est présent pour tous les instruments de musique acoustique. Le son de votre instrument sera influencé par la manière dont les différentes fréquences produitent se marient. Rassurez-vous si vous avez des difficultés à interprêter cette courbe, cela demande de l'expérience en acoustique !

Vous pouvez passer la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point.

Configuration (taille en mm de chaque tube) :
Fréquence Note
Notes

La notation anglo-saxonne est utilisée pour représenter les notes. Vous avez la table de conversion ci-dessous :

Anglo-saxonne : C C# D D# E F F# G G# A A# B
Française : Do Do# Mib Mi Fa Fa# Sol Sol# La Sib Si

Le nombre indiqué après la note représente l'octave de la note. Le passage d'octave se fait entre les notes B et C (Si et Do). Plus l'octave est élevée, plus la note est aigüe. Nous utilisons un système avec un La accordé à 440 Hz à la 3ème octave.

Déviation
Déviation

La déviation représente l'écart de votre fréquence par rapport à la note annoncée.

Une déviation positive indique que vous êtes plus aigu que la note annoncée, une déviation négative que vous êtes plus grave.

Si la déviation vaut 0%, vous êtes parfaitement accordé. Une déviation de 50% indique que vous êtes pile entre deux notes. Par exemple, C1 avec +50% de déviation indique que vous êtes entre C1 et C#1.

Jusqu’à maximum 10 % de déviation sur le bourdon, mais jusqu’à 20 % sur les survibrations, tenant compte des fluctuations naturelles de hauteur d’un didg, vous pouvez considérer que vous êtes parfaitement accordés.

Impédance
Impédance

L'impédance d'une fréquence représente la facilité avec laquelle cette fréquence peut être jouée. Plus elle est élevée, plus la fréquence est facile à jouer. Le bourdon a toujours une impédance élevée et est la fréquence la plus facile à stabiliser. L'impédance est surtout utile pour trouver des configurations où les survibrations sont faciles à jouer. Vous pouvez considérer qu'une note est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

En jouant une note, il est toujours possible de faire légèrement varier sa hauteur. Par exemple en tendant/détendant les lèvres, en modifiant la pression du souffle ou en abaissant la mâchoire. Vous pouvez parfois monter d’un demi-ton, et descendre beaucoup plus, jusqu’à 4, 5 ou 6 demis-tons, voire plus selon votre technique. Pour trouver les configurations qui facilitent ce jeu, observez la courbe d'impédance et les explications fournies.

Pour plus d'informations sur ce que représente l'impédance en acoustique, nous vous invitons à consulter la page Wikipédia et le site didgeridoo-physik pour une application au didgeridoo.

Bourdon
1ère survibration
2ème survibration
3ème survibration
Écarts entre survibrations
Écart entre survibrations

La graduation ci-dessous représente les notes du bourdon et des différentes survibrations ainsi que les intervalles entre ces notes.

De manière générale, l'intervalle entre deux notes consécutives correspond à 1/2 ton (de C a C# par exemple). L'intervalle entre deux notes identiques séparées par une octave (par exemple C2 et C3) est de 6 tons.

Quelques intervalles notables de la gamme chromatique (arrondi pour les puristes !):

  • le ton majeur: 1 ton
  • la tierce mineure: 1,5 tons
  • la tierce majeure: 2 tons
  • la quarte: 2,5 tons
  • la quinte: 3,5 tons
  • la sixte mineure: 4 tons
  • la sixte majeure: 4,5 tons
  • la septième mineure: 5 tons
  • la septième majeure: 5,5 tons
  • l'octave: 6 tons

Les fréquences précises du bourdon et des survibrations sont indiquées sous la barre de graduation où vous pouvez observer les déviations.

Courbe d'impédance
Courbe d'impédance

Comme décrit dans la colonne de l'impédance ci-dessous, l'impédance d'une fréquence correspond à la facilité avec laquelle une fréquence peut être jouée. On peut considérer qu'une fréquence est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

Les fréquences que vous pourrez jouer sur une configuration correspondent donc aux fréquences qui ont l'impédance la plus élevée. Cela correspond aux pics sur la courbe d'impédance, le premier pic étant sur la fréquence du bourdon. Vous pouvez lire les fréquences sur l'axe horizontal et l'impédance correspondante sur l'axe vertical.

Plus la base d'un pic est large, plus il sera facile de faire monter ou descendre une note en tendant les lèvres ou en abaissant la mâchoire.

Passez la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point. Vous pouvez obtenir les notes des survibrations au-delà de la 3ème en regardant les fréquences des différents pics.

Courbe d'harmoniques
Courbe d'harmoniques

La courbe d'harmoniques donne une représentation du spectre sonore obtenu en jouant un simple bourdon. Le spectre sonore est la décomposition du son en différentes fréquences afin de distinguer les fréquences dominantes.

Les fréquences peuvent être lues sur l'axe horizontal et le volume correspondant sur l'axe vertical. Vous voyez que le premier pic se trouve a la fréquence du bourdon mais qu'il y a énormément d'autres fréquences qui émettent un volume élévé, et ce, en jouant un simple bourdon ! Ces fréquences qui viennent s'ajouter à votre bourdon résultent de la forme de l'instrument que vous jouez, ce phénomène est présent pour tous les instruments de musique acoustique. Le son de votre instrument sera influencé par la manière dont les différentes fréquences produitent se marient. Rassurez-vous si vous avez des difficultés à interprêter cette courbe, cela demande de l'expérience en acoustique !

Vous pouvez passer la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point.

Configuration (taille en mm de chaque tube) :
Fréquence Note
Notes

La notation anglo-saxonne est utilisée pour représenter les notes. Vous avez la table de conversion ci-dessous :

Anglo-saxonne : C C# D D# E F F# G G# A A# B
Française : Do Do# Mib Mi Fa Fa# Sol Sol# La Sib Si

Le nombre indiqué après la note représente l'octave de la note. Le passage d'octave se fait entre les notes B et C (Si et Do). Plus l'octave est élevée, plus la note est aigüe. Nous utilisons un système avec un La accordé à 440 Hz à la 3ème octave.

Déviation
Déviation

La déviation représente l'écart de votre fréquence par rapport à la note annoncée.

Une déviation positive indique que vous êtes plus aigu que la note annoncée, une déviation négative que vous êtes plus grave.

Si la déviation vaut 0%, vous êtes parfaitement accordé. Une déviation de 50% indique que vous êtes pile entre deux notes. Par exemple, C1 avec +50% de déviation indique que vous êtes entre C1 et C#1.

Jusqu’à maximum 10 % de déviation sur le bourdon, mais jusqu’à 20 % sur les survibrations, tenant compte des fluctuations naturelles de hauteur d’un didg, vous pouvez considérer que vous êtes parfaitement accordés.

Impédance
Impédance

L'impédance d'une fréquence représente la facilité avec laquelle cette fréquence peut être jouée. Plus elle est élevée, plus la fréquence est facile à jouer. Le bourdon a toujours une impédance élevée et est la fréquence la plus facile à stabiliser. L'impédance est surtout utile pour trouver des configurations où les survibrations sont faciles à jouer. Vous pouvez considérer qu'une note est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

En jouant une note, il est toujours possible de faire légèrement varier sa hauteur. Par exemple en tendant/détendant les lèvres, en modifiant la pression du souffle ou en abaissant la mâchoire. Vous pouvez parfois monter d’un demi-ton, et descendre beaucoup plus, jusqu’à 4, 5 ou 6 demis-tons, voire plus selon votre technique. Pour trouver les configurations qui facilitent ce jeu, observez la courbe d'impédance et les explications fournies.

Pour plus d'informations sur ce que représente l'impédance en acoustique, nous vous invitons à consulter la page Wikipédia et le site didgeridoo-physik pour une application au didgeridoo.

Bourdon
1ère survibration
2ème survibration
3ème survibration
Écarts entre survibrations
Écart entre survibrations

La graduation ci-dessous représente les notes du bourdon et des différentes survibrations ainsi que les intervalles entre ces notes.

De manière générale, l'intervalle entre deux notes consécutives correspond à 1/2 ton (de C a C# par exemple). L'intervalle entre deux notes identiques séparées par une octave (par exemple C2 et C3) est de 6 tons.

Quelques intervalles notables de la gamme chromatique (arrondi pour les puristes !):

  • le ton majeur: 1 ton
  • la tierce mineure: 1,5 tons
  • la tierce majeure: 2 tons
  • la quarte: 2,5 tons
  • la quinte: 3,5 tons
  • la sixte mineure: 4 tons
  • la sixte majeure: 4,5 tons
  • la septième mineure: 5 tons
  • la septième majeure: 5,5 tons
  • l'octave: 6 tons

Les fréquences précises du bourdon et des survibrations sont indiquées sous la barre de graduation où vous pouvez observer les déviations.

Courbe d'impédance
Courbe d'impédance

Comme décrit dans la colonne de l'impédance ci-dessous, l'impédance d'une fréquence correspond à la facilité avec laquelle une fréquence peut être jouée. On peut considérer qu'une fréquence est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

Les fréquences que vous pourrez jouer sur une configuration correspondent donc aux fréquences qui ont l'impédance la plus élevée. Cela correspond aux pics sur la courbe d'impédance, le premier pic étant sur la fréquence du bourdon. Vous pouvez lire les fréquences sur l'axe horizontal et l'impédance correspondante sur l'axe vertical.

Plus la base d'un pic est large, plus il sera facile de faire monter ou descendre une note en tendant les lèvres ou en abaissant la mâchoire.

Passez la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point. Vous pouvez obtenir les notes des survibrations au-delà de la 3ème en regardant les fréquences des différents pics.

Courbe d'harmoniques
Courbe d'harmoniques

La courbe d'harmoniques donne une représentation du spectre sonore obtenu en jouant un simple bourdon. Le spectre sonore est la décomposition du son en différentes fréquences afin de distinguer les fréquences dominantes.

Les fréquences peuvent être lues sur l'axe horizontal et le volume correspondant sur l'axe vertical. Vous voyez que le premier pic se trouve a la fréquence du bourdon mais qu'il y a énormément d'autres fréquences qui émettent un volume élévé, et ce, en jouant un simple bourdon ! Ces fréquences qui viennent s'ajouter à votre bourdon résultent de la forme de l'instrument que vous jouez, ce phénomène est présent pour tous les instruments de musique acoustique. Le son de votre instrument sera influencé par la manière dont les différentes fréquences produitent se marient. Rassurez-vous si vous avez des difficultés à interprêter cette courbe, cela demande de l'expérience en acoustique !

Vous pouvez passer la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point.

Configuration (taille en mm de chaque tube) :
Fréquence Note
Notes

La notation anglo-saxonne est utilisée pour représenter les notes. Vous avez la table de conversion ci-dessous :

Anglo-saxonne : C C# D D# E F F# G G# A A# B
Française : Do Do# Mib Mi Fa Fa# Sol Sol# La Sib Si

Le nombre indiqué après la note représente l'octave de la note. Le passage d'octave se fait entre les notes B et C (Si et Do). Plus l'octave est élevée, plus la note est aigüe. Nous utilisons un système avec un La accordé à 440 Hz à la 3ème octave.

Déviation
Déviation

La déviation représente l'écart de votre fréquence par rapport à la note annoncée.

Une déviation positive indique que vous êtes plus aigu que la note annoncée, une déviation négative que vous êtes plus grave.

Si la déviation vaut 0%, vous êtes parfaitement accordé. Une déviation de 50% indique que vous êtes pile entre deux notes. Par exemple, C1 avec +50% de déviation indique que vous êtes entre C1 et C#1.

Jusqu’à maximum 10 % de déviation sur le bourdon, mais jusqu’à 20 % sur les survibrations, tenant compte des fluctuations naturelles de hauteur d’un didg, vous pouvez considérer que vous êtes parfaitement accordés.

Impédance
Impédance

L'impédance d'une fréquence représente la facilité avec laquelle cette fréquence peut être jouée. Plus elle est élevée, plus la fréquence est facile à jouer. Le bourdon a toujours une impédance élevée et est la fréquence la plus facile à stabiliser. L'impédance est surtout utile pour trouver des configurations où les survibrations sont faciles à jouer. Vous pouvez considérer qu'une note est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

En jouant une note, il est toujours possible de faire légèrement varier sa hauteur. Par exemple en tendant/détendant les lèvres, en modifiant la pression du souffle ou en abaissant la mâchoire. Vous pouvez parfois monter d’un demi-ton, et descendre beaucoup plus, jusqu’à 4, 5 ou 6 demis-tons, voire plus selon votre technique. Pour trouver les configurations qui facilitent ce jeu, observez la courbe d'impédance et les explications fournies.

Pour plus d'informations sur ce que représente l'impédance en acoustique, nous vous invitons à consulter la page Wikipédia et le site didgeridoo-physik pour une application au didgeridoo.

Bourdon
1ère survibration
2ème survibration
3ème survibration
Écarts entre survibrations
Écart entre survibrations

La graduation ci-dessous représente les notes du bourdon et des différentes survibrations ainsi que les intervalles entre ces notes.

De manière générale, l'intervalle entre deux notes consécutives correspond à 1/2 ton (de C a C# par exemple). L'intervalle entre deux notes identiques séparées par une octave (par exemple C2 et C3) est de 6 tons.

Quelques intervalles notables de la gamme chromatique (arrondi pour les puristes !):

  • le ton majeur: 1 ton
  • la tierce mineure: 1,5 tons
  • la tierce majeure: 2 tons
  • la quarte: 2,5 tons
  • la quinte: 3,5 tons
  • la sixte mineure: 4 tons
  • la sixte majeure: 4,5 tons
  • la septième mineure: 5 tons
  • la septième majeure: 5,5 tons
  • l'octave: 6 tons

Les fréquences précises du bourdon et des survibrations sont indiquées sous la barre de graduation où vous pouvez observer les déviations.

Courbe d'impédance
Courbe d'impédance

Comme décrit dans la colonne de l'impédance ci-dessous, l'impédance d'une fréquence correspond à la facilité avec laquelle une fréquence peut être jouée. On peut considérer qu'une fréquence est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

Les fréquences que vous pourrez jouer sur une configuration correspondent donc aux fréquences qui ont l'impédance la plus élevée. Cela correspond aux pics sur la courbe d'impédance, le premier pic étant sur la fréquence du bourdon. Vous pouvez lire les fréquences sur l'axe horizontal et l'impédance correspondante sur l'axe vertical.

Plus la base d'un pic est large, plus il sera facile de faire monter ou descendre une note en tendant les lèvres ou en abaissant la mâchoire.

Passez la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point. Vous pouvez obtenir les notes des survibrations au-delà de la 3ème en regardant les fréquences des différents pics.

Courbe d'harmoniques
Courbe d'harmoniques

La courbe d'harmoniques donne une représentation du spectre sonore obtenu en jouant un simple bourdon. Le spectre sonore est la décomposition du son en différentes fréquences afin de distinguer les fréquences dominantes.

Les fréquences peuvent être lues sur l'axe horizontal et le volume correspondant sur l'axe vertical. Vous voyez que le premier pic se trouve a la fréquence du bourdon mais qu'il y a énormément d'autres fréquences qui émettent un volume élévé, et ce, en jouant un simple bourdon ! Ces fréquences qui viennent s'ajouter à votre bourdon résultent de la forme de l'instrument que vous jouez, ce phénomène est présent pour tous les instruments de musique acoustique. Le son de votre instrument sera influencé par la manière dont les différentes fréquences produitent se marient. Rassurez-vous si vous avez des difficultés à interprêter cette courbe, cela demande de l'expérience en acoustique !

Vous pouvez passer la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point.

Configuration (taille en mm de chaque tube) :
Fréquence Note
Notes

La notation anglo-saxonne est utilisée pour représenter les notes. Vous avez la table de conversion ci-dessous :

Anglo-saxonne : C C# D D# E F F# G G# A A# B
Française : Do Do# Mib Mi Fa Fa# Sol Sol# La Sib Si

Le nombre indiqué après la note représente l'octave de la note. Le passage d'octave se fait entre les notes B et C (Si et Do). Plus l'octave est élevée, plus la note est aigüe. Nous utilisons un système avec un La accordé à 440 Hz à la 3ème octave.

Déviation
Déviation

La déviation représente l'écart de votre fréquence par rapport à la note annoncée.

Une déviation positive indique que vous êtes plus aigu que la note annoncée, une déviation négative que vous êtes plus grave.

Si la déviation vaut 0%, vous êtes parfaitement accordé. Une déviation de 50% indique que vous êtes pile entre deux notes. Par exemple, C1 avec +50% de déviation indique que vous êtes entre C1 et C#1.

Jusqu’à maximum 10 % de déviation sur le bourdon, mais jusqu’à 20 % sur les survibrations, tenant compte des fluctuations naturelles de hauteur d’un didg, vous pouvez considérer que vous êtes parfaitement accordés.

Impédance
Impédance

L'impédance d'une fréquence représente la facilité avec laquelle cette fréquence peut être jouée. Plus elle est élevée, plus la fréquence est facile à jouer. Le bourdon a toujours une impédance élevée et est la fréquence la plus facile à stabiliser. L'impédance est surtout utile pour trouver des configurations où les survibrations sont faciles à jouer. Vous pouvez considérer qu'une note est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

En jouant une note, il est toujours possible de faire légèrement varier sa hauteur. Par exemple en tendant/détendant les lèvres, en modifiant la pression du souffle ou en abaissant la mâchoire. Vous pouvez parfois monter d’un demi-ton, et descendre beaucoup plus, jusqu’à 4, 5 ou 6 demis-tons, voire plus selon votre technique. Pour trouver les configurations qui facilitent ce jeu, observez la courbe d'impédance et les explications fournies.

Pour plus d'informations sur ce que représente l'impédance en acoustique, nous vous invitons à consulter la page Wikipédia et le site didgeridoo-physik pour une application au didgeridoo.

Bourdon
1ère survibration
2ème survibration
3ème survibration
Écarts entre survibrations
Écart entre survibrations

La graduation ci-dessous représente les notes du bourdon et des différentes survibrations ainsi que les intervalles entre ces notes.

De manière générale, l'intervalle entre deux notes consécutives correspond à 1/2 ton (de C a C# par exemple). L'intervalle entre deux notes identiques séparées par une octave (par exemple C2 et C3) est de 6 tons.

Quelques intervalles notables de la gamme chromatique (arrondi pour les puristes !):

  • le ton majeur: 1 ton
  • la tierce mineure: 1,5 tons
  • la tierce majeure: 2 tons
  • la quarte: 2,5 tons
  • la quinte: 3,5 tons
  • la sixte mineure: 4 tons
  • la sixte majeure: 4,5 tons
  • la septième mineure: 5 tons
  • la septième majeure: 5,5 tons
  • l'octave: 6 tons

Les fréquences précises du bourdon et des survibrations sont indiquées sous la barre de graduation où vous pouvez observer les déviations.

Courbe d'impédance
Courbe d'impédance

Comme décrit dans la colonne de l'impédance ci-dessous, l'impédance d'une fréquence correspond à la facilité avec laquelle une fréquence peut être jouée. On peut considérer qu'une fréquence est facile à jouer si l'impédance est supérieure à 2 MOhm et difficile si inférieure à 1 MOhm.

Les fréquences que vous pourrez jouer sur une configuration correspondent donc aux fréquences qui ont l'impédance la plus élevée. Cela correspond aux pics sur la courbe d'impédance, le premier pic étant sur la fréquence du bourdon. Vous pouvez lire les fréquences sur l'axe horizontal et l'impédance correspondante sur l'axe vertical.

Plus la base d'un pic est large, plus il sera facile de faire monter ou descendre une note en tendant les lèvres ou en abaissant la mâchoire.

Passez la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point. Vous pouvez obtenir les notes des survibrations au-delà de la 3ème en regardant les fréquences des différents pics.

Courbe d'harmoniques
Courbe d'harmoniques

La courbe d'harmoniques donne une représentation du spectre sonore obtenu en jouant un simple bourdon. Le spectre sonore est la décomposition du son en différentes fréquences afin de distinguer les fréquences dominantes.

Les fréquences peuvent être lues sur l'axe horizontal et le volume correspondant sur l'axe vertical. Vous voyez que le premier pic se trouve a la fréquence du bourdon mais qu'il y a énormément d'autres fréquences qui émettent un volume élévé, et ce, en jouant un simple bourdon ! Ces fréquences qui viennent s'ajouter à votre bourdon résultent de la forme de l'instrument que vous jouez, ce phénomène est présent pour tous les instruments de musique acoustique. Le son de votre instrument sera influencé par la manière dont les différentes fréquences produitent se marient. Rassurez-vous si vous avez des difficultés à interprêter cette courbe, cela demande de l'expérience en acoustique !

Vous pouvez passer la souris sur le graphique pour obtenir les informations point par point.